Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 20:01

 

Claude Orbion, maire de Nançois le Grand, a fait parvenir un mot à chacun des membres du conseil communautaire. Je le répercute ci-dessous par solidarité.

Pagny et Nançois n'ont pas les mêmes contraintes ou possibilités budgétaires mais nous sommes dans la même codecom et la fiscalité pèse sur toute la population de la même manière. Des différences entre les communes, mais pas entre contribuables.

M. Orbion, comme moi-même et quelques autres, avons voté contre l'augmentation de la fiscalité en pensant à nos concitoyens.

 

L’écriture est ma thérapie

 

Quand je suis malade, j’écris. Aujourd’hui j’écris à l’intention de tous les membres de la nouvelle communauté de commune.

 

Lors de nos assemblés toujours très denses il est difficile d’argumenter les positions prises. Les interventions brèves et musclées parfois, ne sont pas toujours bien comprises. Alors je me suis dit que les échanges hors réunion entre nous peuvent être une solution pour nous comprendre même si nous ne partageons pas tous les mêmes idées.

 

Cette fusion imposée montre bien ses limites actuelles.

 

 Pour ma part je souhaiterais partager mon vécu de maire de village de 70 habitants que bon nombre d’entre nous n’ont jamais vécu et ne connaissent pas.

 

A Nançois le Grand, les bénévoles tondent, balayent, font le ménage, construisent les ponts, l’abri bus, rebouchent les trous de la route communale, consolident les berges du ruisseau.

 

Les parents, le lundi et le vendredi, transportent leurs enfants vers le lycée ou la gare. Pour beaucoup le coût supplémentaire de l’internat est obligatoire car il n’y a pas de bus régulier, sauf pour les primaires et dans ce cas les parents doivent payer la carte scolaire (85 euros pour 1 enfant).

 

Aller au foot, au judo, à la musique, à la piscine, c’est de 20 à 40 km aller et retour qu’ils doivent parcourir pour pratiquer une activité ; comme pour faire les courses, aller à la poste ou manger une pizza.

 

Si je prends la totalité de mon indemnité, je consomme un tiers de l’excédent du budget communal. Je me raisonne à 170 euros par mois. L’argent est précieux, rare, il est utilisé à bon escient. Les emprunts sont forcément utiles pour lisser les charges dans la durée et sont contractés seulement s’ils peuvent être remboursés sans passer par la facile augmentation de l’impôt.

 

Le dernier emprunt date de 5 ans pour réhabiliter l’ancienne salle de classe en bureau, mairie et salle de conseil avec WC, qui n’existait pas jusqu’alors pour notre secrétaire que nous employons 4 heures par semaine.

 

La CODECOM nous a versé 15 000 euros ce jour là pour nous aider. C’était modeste, mais important pour nous. Un retour bienvenu de fiscalité semblait logique et donnait du sens au rôle de notre CODECOM.

 

Les deux logements ajoutés à notre projet n’ont pu être porté par la commune. Heureusement l’OPH à travers un bail emphytéotique les a réalisés.

 

Il y a 8 jours nous avons voté notre budget avec 9 000 euros d’excédent et nous n’avons rien décidé pour 2017. Il nous semblait que la période de fusion de nos collectivités n’était pas propice à prendre le moindre risque.

 

Au vu de ces éléments, vous pouvez comprendre qu’il est difficile pour moi de voter une augmentation de fiscalité aussi forte (1 million d’euros sur trois ans) pour mes concitoyens qui ne profitent d’aucun nouvel avantage.

 

Les engager à payer plus pour les investissements du bourg centre qu’ils font déjà prospérer chaque fois qu’ils y font leurs courses ou qu’ils y vont travailler, je ne peux l’assumer.

 

Il est vrai que la loi est perverse, car les conseillers communautaires, pour beaucoup des maires,  votent des budgets qui engagent la dépense des habitants et non celle de leur commune.

 

Dans notre assemblée, peu nombreux sont ceux qui ont des difficultés en fin de mois. Quel maire cette année aurait proposé une augmentation de fiscalité de 8% à ses électeurs et annoncé déjà la même pour les trois années à venir. Mais là ce n’est pas le maire qui propose c’est la CODECOM. De la même manière les élus nationaux de gauche ou de droite  ont coutume de dire à mainte occasion, « ce n’est pas la France, c’est l’Europe ».

 

 Ce budget de rigueur fiscale n’est que le début d’un chemin de croix pour les contribuables de nos petites communes. C’est la quadruple peine.

  • vous payez plus sans services supplémentaires
  • vous ne pouvez faire de transfert de charges entre CODECOM et mairie contrairement à certaines localités
  • Votre territoire devient moins attractif (à fiscalité égale personne ne choisira nos villages couteux et dépourvus de service)
  • Vous n’avez pas le pouvoir d’inverser le cours  des choses

 

Face à cela, inutile d’interroger les sociologues sur l’analyse de la montée des partis extrêmes dans les campagnes, nous en connaissons déjà une partie des raisons.

 

Pour l’avenir, les craintes sont encore là, nous n’avons pas encore décidé de la mutualisation de nos compétences, ça fait déjà peur… Je n’ai rien contre les gros bourgs : qu’ils reçoivent plus de moyens est logique, mais que chacun d’entre nous reçoive sa part, proportionnellement à ce qu’il représente. Ceux qui le proposaient il y a peu de temps sont soudain bien silencieux.

 

Sans cela, difficile de faire l’unité et de susciter l’engagement de tous, pourtant si nécessaire à la réussite de cette fusion.

 

Je ne souhaite qu’une chose : « donnez moi tort, contredisez mes propos j’aimerai me tromper ».

 

J’ai peur que ma thérapie par l’écriture ne me soulage pas de ce nouveau cancer fiscal  qui va toucher toute notre population.

 

Claude Orbion, maire de Nançois le Grand

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pagliari Armand
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens