Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 10:29

 

Épisode 1 : Rupture de la canalisation d'alimentation d'eau potable entre la station de pompage et le château d'eau vendredi entre 16h30 et 17h à l'intersection de l'avenue De Gaulle et de la Rue des Marais, juste après la fin des travaux de mise en place d'une nouvelle pompe et de la colonne en inox à la station de pompage. Laurent, le responsable "eau" était donc à pied d’œuvre. Pas de réparation possible le jour même. Arrêt des pompes à la station de pompage : pas la moindre goutte d'eau en arrivée au château d'eau. On constatera le lendemain que la fuite sur la canalisation était de la taille d'une balle de tennis.

 

Il reste 160 m3 dans les réservoirs du château d'eau, mais ce sera insuffisant pour attendre la réparation. A minuit, le château d'eau est vide.

Mon pied pour comparer avec le trou sur la canalisation

Mon pied pour comparer avec le trou sur la canalisation

Épisode 2 : de 17h à 20h.

Laurent contacte l'entreprise Muller qui ne pourra démarrer les travaux que le lendemain matin. Il lance une recherche pour trouver un prestataire qui pourra remplir le château d'eau par camion-citerne.

 

Parallèlement, je contacte la sous-préfecture qui m'oriente sur la protection civile qui devrait me donner des adresses pour obtenir un camion-citerne de qualité alimentaire et me fournit le formulaire de procédure. Finalement nous trouverons par nous-même le transporteur à Verdun. Échange avec l'entreprise pour organiser le lendemain le pompage de l'eau au second réservoir du Révoi pour transvasement au réservoir principal.

 

L'information du sinistre est donnée sur nos panneaux électroniques et le site de la commune. Je demande aux membres du conseil municipal de la répercuter sur les réseaux sociaux avec la demande expresse d'économiser l'eau pour une utilisation de priorité : boire et cuisiner. (résultat inverse de quelques-uns : "vite, prenons une douche tant qu'il y a de l'eau")

 

Je préviens les pompiers au cas où ils auraient à intervenir que nous risquons de manquer d'eau.

Je préviens la gendarmerie pour que le chauffeur du camion ne soit pas ennuyé. Normalement circulation non autorisée : le lendemain, c'est le 1er août et départs en vacances. Les gendarmes se montreront inquiets pour l'alimentation en eau de nos concitoyens. Je les aurai au téléphone plusieurs fois.

 

Épisode 3 : Pendant que Laurent aide à la mise en place du chantier de réparation de la canalisation, je suis dès 6 h avec le chauffeur du camion-citerne qui remplit celui-ci à une borne incendie de gros débit dépendant du château d'eau secondaire qui alimente la zone d'activités. Premier remplissage de 33 000 L et transvasement au château d'eau. Une seconde rotation suivra. Au cas où la réparation de la canalisation nous réserverait une mauvaise surprise, je pars solliciter la commune de Troussey pour une 3ème rotation qui ne sera pas nécessaire. (Excellente solidarité du maire Alain Guillaume.)

Pompage à la borne incendie, puis vidage dans les réservoirs du château d'eau.
Pompage à la borne incendie, puis vidage dans les réservoirs du château d'eau.

Pompage à la borne incendie, puis vidage dans les réservoirs du château d'eau.

La réparation de la canalisation se déroule sans encombre. Avant même la fin des travaux, Laurent remet très progressivement en eau le réseau d'eau. L'adjointe à l'eau, Sylvine, était sur place.

 

La canalisation est à 2 m de profondeur. Le tuyau sera coupé et un manchon (en bleuu) mis en place.
La canalisation est à 2 m de profondeur. Le tuyau sera coupé et un manchon (en bleuu) mis en place.

La canalisation est à 2 m de profondeur. Le tuyau sera coupé et un manchon (en bleuu) mis en place.

A 11h, tout est fonctionnel. Canalisation réparée. Les pompes de la station de pompage alimentent le château d'eau à raison de 30 m3 heure. Les purges des canalisations sont en cours. La protection civile et la gendarmerie sont prévenus de la fin de cette situation particulière.

 

Mais Les 66 000 L d'eau apportés par camion seront vite utilisés. La moitié servira à rempli les canalisation du réseau d'eau ( 19 km ), le reste pour les utilisations habituelles comme si de rien n'était.

 

Épisode 4 : Nous pensions tout en ordre. Mais non. En milieu d'après-midi, les maisons au voisinage du château d'eau n'était pas encore alimentées. L'agriculteur sur le Mont s'inquiétait pour son bétail privé d'eau. Laurent à nouveau appelé. Les réservoirs étaient remplis à moitié seulement (il faut 10h pour remplir les 320 m3 des 2 réservoirs). La proximité du château d'eau ne donne pas assez de pression. Purge de la canalisation, ouverture de robinets pour chasser l'air des canalisations. Et l'eau a fini par arriver partout. En prime, Laurent et moi avons eu droit à une visite privée de la ferme.

 

Nous avons doublé par précaution la teneur en chlore dans l'eau. Cela est momentané mais nécessaire.

 

Conclusions :

- C'était la première fois que nous avons dû faire appel à un camion-citerne. Cela devrait nous coûter aux alentours de 900 €.

- Les contacts et n° de téléphone sont notés en espérant que ce ne sera plus nécessaire. La procédure est maintenant connue. On peut noter la réactivité de la sous-préfecture et de la préfecture (l'astreint a bien fonctionné) et du suivi de la situation par la gendarmerie, tout au long de l'évènement.

- Il nous faudra remédier à la communication qui a pu s'avérer insuffisante (projet en cours).

- Il faut réfléchir aux conséquences de la vétusté d'une partie du réseau d'eau et envisager des travaux qui obligeront certainement à revoir notre tarif de l'eau.

- Peu de coups de téléphone sur mon portable ou à la maison. Davantage en mairie. Nos concitoyens ont été compréhensifs sauf un,mais on a l'habitude.

- Néanmoins un bémol. L'appel à modérer sa consommation d'eau sur l'essentiel n'a pas toujours été suivi. Heureusement que l'évènement a été court.

- Beaucoup de nos concitoyens n'en sont peut-être pas conscients, mais gérer l'eau par nous-mêmes est un gros atout et nous permet d'être très réactifs. La gestion déléguée à de grands groupes n'est pas un gage de service de proximité et je ne suis pas certain qu'une intervention ait pu avoir lieu ce WE.

- Je note avec grande satisfaction la disponibilité et l'investissement de notre chef des services techniques. Son recrutement est une réussite.

- Finalement, tout s'est bien passé. Lorsqu'on est dans l'action, on est moins inquiet que vu de l'extérieur.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens