Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 09:25

Le monument élevé à la mémoire de Jeanne d’Arc rappellait, cinq siècles plus tard, que Jeanne d’Arc serait venue prier à la chapelle de Massey en février 1429. La délibération ci-dessous  du 7 décembre 1930 rappelle l’évènement et la volonté de se souvenir.

  

P1040340Monsieur le Président expose

 

Que le Comité de Restauration de la chapelle de Massey a, avec des dons et subventions de la commune de Pagny sur Meuse et des communes environnantes, élevé un monument à la mémoire de Jeanne d’Arc sur un terrain joignant le domaine de Massey et appartenant à M. Claudin Camille, cultivateur, demeurant à Saint Germain.

 

Que pour assurer plus de sécurité à la conservation de ce monument, il serait nécessaire que le Bureau de Bienfaisance de Pagny sur Meuse devienne propriétaire du terrain sur lequel il est édifié et que ce terrain soit incorporé au domaine de Massey qui est lui-même la propriété du Bureau de Bienfaisance par décret présidentiel du 9 décembre 1909.

 

Que c’est dans ces conditions et pour ce seul but que M. Claudin consent à vendre au Bureau de Bienfaisance le terrain dont il s’agit : soit

 

Un petit terrain friche en forme de trapèze contenant environ deux ares entre le chemin de la chapelle de Massey du côté de Saint-Germain, le chemin allant au bois du côté de Pagny, le Domaine de Massey en haut et Fernand Olry en bas, l’extrémité de sa terre ; il forme la partie à droite d’une terre coupée par le chemin du bois, lequel sépare la parcelle vendue de celle restant appartenir au vendeur : lieu-dit « Sous Massey » Section D n° 1792 P pour le prix de cinq francs.

 

 Le clin d'oeil du maire

 

P1040336bisQuel cours l’Histoire aurait-elle pris si Jeanne d’Arc n’était pas venue à Massey implorer la Vierge de l’inspirer et la conseiller sur la suite de sa mission ? En définitive, c’est tout de même grâce à la Vierge de Massey que Jeanne a été confortée dans son grand projet et s’est lancée dans le grand périple qu’on lui connait, une reconnaissance puisqu’il y eu une rue Notre Dame de Massey à Vaucouleurs.

 

    Par conséquent, c’est à Pagny sur Meuse que devrait revenir la gloire d’avoir donné une héroïne à la France. Domrémy est certes le village de naissance de Jeanne, Vaucouleurs, le point de départ de son périple pour bouter l’anglais hors de France, et notre village avec sa chapelle de Massey en est le grand inspirateur et l’élément déclencheur. Quelle injustice, quelle ingratitude que cet anonymat, mais les voies ou les voix du Seigneur sont hélas impénétrables.

Partager cet article

Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 08:42

P1040382.JPGLes maisons poussent comme des champignons. A ce jour six maisons sont habitées. Trois maisons ont leur toit. Deux autres sortent de terre.

 

Sur la photo, on aperçoit les deux dernières maisons en construction. Au premier plan, les cinq premières rangées d'aglos ont été posées en une seule matinée ! C'est du rapide.

 

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 08:31

Le gros œuvre est terminé. Un test de «qualité» par infiltrométrie a été réalisé dès que le bâtiment a été hors d’eau et hors d’air, après pose des pare pluie et freine-vapeur et avant intervention des corps d’état secondaires. Il devait valider l’étanchéité à l’air et l’isolation du bâtiment à la fin du gros œuvre et la pose des menuiseries extérieures. Les entreprises de second œuvre ont maintenant pris possession des lieux. La partie école devrait ouvrir à la rentrée de septembre si tout va bien.

En revanche la partie cantine et périscolaire attendra un peu. Précisons que sa gestion est du ressort de la CODECOM qui a pris récemment cette compétence et qui travaille sur ce service à l’échelle de tout le canton (fixation et uniformisation des tarifs, personnels d’encadrement, règlement, etc …). L’ouverture à Pagny, attendue par beaucoup de parents, se fera sans précipitation et sans pression de qui que ce soit, sans forcément attendre septembre 2013.

Contrairement à d’autres rumeurs de personnes mal informées, aucune priorité d’accueil pour la restauration ou le périscolaire ne sera donnée aux élèves extérieurs à Pagny au détriment de nos enfants. S’il y avait plus de 48 rationnaires, il suffirait d’ouvrir un deuxième service.

Partager cet article

Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 15:07

Depuis le 1er janvier 2012, un nouveau modèle de disque de stationnement doit être utilisé en zone bleue.

Le recto mentionne désormais uniquement l’heure d’arrivée du véhicule. Le temps maximal de stationnement est laissé à la libre appréciation des communes. La non utilisation de ce disque est sanctionnée par une amende forfaitaire de 17 €.

Un exemplaire vous est gracieusement offert par la municipalité. Il vous suffit de venir le retirer en mairie aux heures habituelles d’ouverture.

Partager cet article

Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 14:39

La société NOVACARB qui exploite la pierre calcaire a présenté à l’enquête publique :

  •  Une demande de renouvellement d’autorisation et d’extension de la carrière. 
  • Une demande d’autorisation de défrichement associée à la demande précédente.

L'enquête publique est conduite par un commissaire enquêteur désigné par le président du Tribunal administratif de Nancy. Elle vise à :

  •  informer le public.
  • recueillir, sur la base d'une présentation argumentée des enjeux et d'une étude d'impact, ses avis, suggestions et éventuelles contre-propositions
  •  élargir les éléments nécessaires à l’information du décideur et des autorités compétentes avant toute prise de décision.

Le commissaire enquêteur reçoit le public à la mairie de Pagny sur Meuse  le vendredi 4 mai de 15 h à 18 h, le samedi 12 mai de 9 h à 12 h, le samedi 19 mai de 9 h à 12 h.

Novacarb est actuellement autorisée  à exploiter sur 106,51 ha jusqu’en 2026 mais souhaite exploiter plus profondément cette surface. Elle souhaite ensuite étendre l’exploitation sur une trentaine d’hectares qui sera prise sur le bois de Longor et sollicite une nouvelle durée d’exploitation pour 30 ans.

Le dossier présenté à l’enquête publique est lourd et volumineux et prend en compte les impacts environnementaux sur l’eau, la flore, la faune, l’air, le transport des matériaux, le bruit, les vibrations. Il concerne également le réaménagement final de la carrière en cours et en fin d’exploitation et les mesures de compensation des impacts.

Trente ans c’est un bail, et les enjeux qu’ils soient techniques, environnementaux ou financiers nécessitent vigilance et réflexion de la part de la commune.

Partager cet article

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 14:52

La nouvelle station d’épuration (STEP) de notre commune est un filtre planté de roseaux (F.P.R.)  prévu pour traiter une pollution minimale de 1100 habitants en eaux usées domestiques.

Pour assurer la pérennité de l’ouvrage et pour permettre à La Meuse de conserver une zone de débordement, la nouvelle station a été surélevée de 3, 40 m en moyenne par rapport au terrain naturel.

L’ancienne station a été démolie (presque) et La Meuse pourra retrouver son lit à cet endroit.

Le principe de fonctionnement de notre nouvelle station est l’épuration à culture fixée sur support fin. Nous sommes en possession d’une Step FPR à étage unique composée de 3 bassins de 625 m² chacun.

Comment ça marche ?

Les eaux usées de nos maisons vont dans le réseau d’assainissement.

Elles arrivent de manière gravitaire vers la nouvelle station. Ces eaux contiennent des déchets grossiers.

Notre station est équipée d’un dégrilleur automatique : c’est un organe qui permet de retenir, des eaux usées, les déchets supérieurs à 2 cm grâce à une grille verticale comparable à un peigne.

Ces eaux dégrillées continuent leur trajet de manière gravitaire à travers un ouvrage de comptage qui permet de mesurer le débit des eaux arrivant à la station et d’entreprendre des prélèvements afin de quantifier la pollution de nos eaux.

 

Ensuite, l’eau arrive dans un poste de refoulement ; c’est une cuve en béton équipée de 3 pompes de refoulement d’un débit unitaire de 360 m3/h qui permet de stocker au minimum un volume  de 19 m3. Dès que ce volume est atteint, le système de pompage s’enclenche et un des trois bassins est directement alimenté en eaux usées.

La station est entièrement automatisée avec une télésurveillance.

Les eaux usées vont arriver au bassin grâce aux tuyaux aériens et vont s’infiltrer pour être dépolluées.

Chaque bassin est constitué :

-  d’une géomembrane en fond de bassin qui permet d’assurer l’étanchéité du sol

-  d’un réseau de drain de collecte des eaux traitées et de renouvellement de l’oxygène

-  de trois couches de graviers de granulométrie différente

-  de tuyaux de distribution aériens en PVC Pression

-  de roseaux Phragmites Communis.

Les graviers contiennent des micro-organismes présents à l’état naturel dans les carrières de Velle sur Moselle et grâce à la venue de nos eaux usées, ces bactéries vont pouvoir se « nourrir » de notre pollution et vont se développer et de ce fait dépolluer nos eaux.

Mais pour limiter cette croissance avant le constat d’un colmatage bactérien, il faut stopper cette alimentation et la limiter à 3 jours de fonctionnement consécutif ; c’est pourquoi chaque bassin sera alimenté exactement durant 84 heures et au repos durant 168 heures, grâce à la permutation des vannes motorisées.

Les roseaux ont un rôle mécanique ; en effet, ces derniers permettent de casser la croute de boue qui se créera en surface de bassin avec le temps et de ce fait, permettront aux eaux usées de s’infiltrer dans les graviers.

Les roseaux assurent aussi l’oxygénation du massif profond de 1,30 m en moyenne.

Dès que nos eaux ont traversé les trois couches de graviers, nous sommes en présence d’eaux dépolluées qui peuvent rejoindre de manière gravitaire La Meuse.

Un autre canal de comptage de sortie réceptionne les eaux dépolluées afin de pouvoir mesurer le débit et entreprendre des prélèvements afin de quantifier le taux de dépollution.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 00:11

Le coût total du projet de construction de la station d'épuration s'élève à 970 103 € HT.

 

Les aides publiques proviennent :

- de l'Agence de Bassin Rhin-Meuse pour 296 300 €, soit 30,54 % du coût total.

- du Conseil Général de la Meuse pour 48 600 €, soit 5,01 % du coût total.

- du GIP Objectif Meuse pour 199 485 €, soit 20,56 % du coût total.

 

Le total des aides publiques s'élèvent donc à 544 385 €, c'est-à-dire un peu plus de 56 % du coût du projet.

 

La commune finance donc 425 718 €, à savoir un peu moins de 44 % du coût du projet.

 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 14:57

P1040364

 

Dans chaque projet pour lequel des subventions ont été accordées, il faut fournir les pièces nécessaires à leur paiement : l'essentiel étant constitué de la copie des factures acquittées triées selon les critères fixés par le subventionneur. Le tout est souvent demandé en double exemplaire par l'organisme payeur  et la mairie conserve un troisième exemplaire pour mémoire.

 

C'est ainsi que le dossier de versement de la subvention de 199 485 € accordée par le GIP Objectif Meuse, pour la construction de la station d'épuration à lit de roseaux, pèse un peu moins de 2,2 kg par exemplaire, soit 6,6 kg pour les trois exemplaires préparés avec une épaisseur totale de 18 cm. Il aura nécessité bien des heures de travail non comptabilisées. Et comme rien n'est simple, les dossiers des jusificatifs pour le versement des subventions des deux autres subventionneurs (l'Agence de bassin Rhin- Meuse et le Conseil Général), risquent de ne pas se présenter de la même manière.

 

Pour le plaisir des chiffres, j'ajoute que depuis 2008, le dossier "Assainissement" comporte à ce jour douze boites archives de 9 cm d'épaisseur, soit un linéaire de plus d'un mètre avoisinant les 40 kg.

 

La première phase de ce projet concernait la construction de la station d'épuration. Nous venons de démarrer la deuxième phase dans le Bas des Rues avec la construction d'un nouveau poste de refoulement et la mise en place des conduites des eaux usées depuis la grande rue jusqu'au poste de refoulement en bas de la rue du Moulin, puis jusqu'à la station d'épuration. Deux boites archives pour l'instant et quelques coups de pelles seulement.

 

Qui a parlé de lourdeur administrative ? Voilà néanmoins les contraintes par lesquelles il faut passer pour améliorer et entretenir le système d'assainissement et faire en sorte que cela coûte le moins cher possible à la collectivité.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 22:28

P1040341.JPGA l’entrée de Pagny et à quelques dizaines de mètres du panneau dont le dessin indique la présence habituelle de cigognes sur le territoire de la commune, une vraie cigogne, en chair et en os, les plumes mouillées, s’était installée, stoïque et observatrice, sur un luminaire encore éteint.

 

Il était 20h 21 en ce mercredi 25 avril et elle était la première de la saison à se montrer si près du village. Serait-elle l’annonciatrice d’un beau et doux printemps ?

Partager cet article

Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 21:36

P1040303-copie-1.JPGLe futur bâtiment qui accueillera école maternelle, restauration et périscolaire doit se plier à certaines contraintes pour mériter le label BBC (bâtiment Basse consommation).  L’efficacité énergétique d’un bâtiment passe en effet par l’étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment à la fin du gros œuvre.

 

Un test de «qualité» par infiltrométrie a été réalisé dès que le bâtiment a été hors d’eau et hors d’air, après pose des pare pluie et freine-vapeur et avant intervention des corps d’état secondaires. Il devait valider la mise en oeuvre du gros oeuvre et de l’isolation, des menuiseries et des membranes d’étanchéité à l’air.

 

Ce test consistait à mettre le bâtiment en pression et en dépression, grâce à une fausse porte soufflante équipée d’un ventilateur, de manomètres et d’un analyseur relié à un ordinateur afin de mesurer sous différents gradients de pression les flux d’air s’infiltrant dans le bâtiment et de localiser les fuites d'air parasites qui seraient  source d'inconfort et de surconsommation d'énergie.

 

La quasi-totalité des 18 entreprises intervenant sur le chantier était présente durant le test. Un bon point pour eux : le niveau d’étanchéité à l’air est satisfaisant mais ils devront tous être attentifs au bon état de l’étanchéité durant la suite des travaux.

 

Un second test d’étanchéité sera réalisé après passage des lots techniques (chauffage, ventilation, plomberie, électricité et lots spécifiques apparentés. Un dernier sera fait avant réception avec remise d’un certificat correspondant aux normes en vigueur. Ces contrôles seront obligatoirement suivis des reprises nécessaires par les entrepreneurs responsables des fuites d’air. D’où l’importance de leur présence et de leur sensibilisation constante durant les réunions de chantier.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens