Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:50

 

Abdelghani Merah est le frère de Mohammed Merah, le "tueur au scooter", auteur des attentats de mars 2012, Des attaques qui ont coûté la vie à sept personnes, dont trois enfants juifs. Il a choisi de s'investir dans la déradicalisation des jeunes.

 

Aujourd'hui 15 mars vers 15h, une équipe d'ARTE, qui le suit depuis quelques jours, réalisait son interview sur son périple à pied et ses motivations. A quelques pas de l'église et de la médiathèque.

 

Abdelghani Merah celui qui a toujours condamné les actes de son frère, a démarré depuis Marseille une longue marche à travers la France début février, pour sensibiliser à la montée de l'intégrisme religieux. Il marche 25 à 40 kilomètres par jour et compte arriver à Paris le 19 mars, date retenue pour les cérémonies officielles d'hommage aux victimes des attentats de son frère. Il espère aussi être reçu à Paris par le ministre de la Justice.

 

Son interview sera diffusée sur ARTE entre le 21 et 24 avril.

 

 

Le frère de Mohammed Merah de passage à Pagny
Repost 0
Published by Pagliari Armand - dans divers
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 17:51

Une vue de l'avenir si l'on est contre la pose des compteurs Linky (appel à manifester par l'association "Pièces et main d'oeuvre")

 

 

Les collectifs anti-Linky appellent à manifester le mercredi 22 mars 2017 à Paris et dans toute la France, à l’occasion de la rencontre entre l’Association des maires de France et les candidats à l’élection présidentielle.


Il s’agit une fois encore de percer le silence de la presse nationale et la surdité des technocrates, politiques et économiques. Lesquels font de leur mieux pour ignorer un mouvement qui, depuis 2015, prolifère dans tout le pays et creuse toujours plus les raisons de son opposition.

 

C’est un minuscule appareil que le compteur Linky. Pourtant, quand on s’avise de le démonter et de découvrir à quoi il nous relie exactement, c’est tout le monde-machine et la société de contrainte que nous voyons paraître. Les compteurs communicants (Linky, Gazpar, compteurs d’eau) connectent nos maisons à la « ville intelligente » (smart city) et à la « planète intelligente », ce vaste filet numérique qui nous enserre dans ses mailles toujours plus fines. Ces mouchards électroniques pillent nos données privées et domestiques et les concentrent aux mains des prédateurs, politiques et industriels, afin de mieux nous gérer, contrôler, surveiller et contraindre.

 

D’ici 2050, 80 % de la population mondiale vivra dans des métropoles. Le reste du territoire servant de réserve de ressources ou de zones de loisirs. Les métropoles sont des usines à habiter exigeant un fonctionnement automatisé : efficacité, rapidité, rentabilité. Ni frictions, ni attente, ni erreur. C’est à quoi servent les réseaux et objets connectés, l’analyse et la prédiction des comportements. C’est à quoi sert le compteur Linky. L’éviction de l’humain a pour objectif de rationaliser chaque part de notre vie. Cela signifie renoncer à l’imprévu, à la surprise, à la débrouille - à nos vies humaines. Le but de la « planète intelligente », c’est de « remplacer le gouvernement des hommes par l’administration des choses », grâce au big data et à la machine à gouverner. Nous devenons les composants de la ville-machine, privés de toute autonomie.

 

Pour fonctionner dans la smart city, les smartiens doivent être connectés à leur milieu-machine (transports, communications, emplois, démarches administratives…). Ils ne l’ont jamais décidé. Ils doivent eux-mêmes s’automachiner, se déshumaniser. Le téléphone est devenu portable, puis smartphone, puis deviendra prothèse incorporée pour les futurs hommes-machines. Chaque intrusion technologique nous ampute davantage de nos capacités humaines et sociales et de notre libre-arbitre.

Élus et technocrates nous imposent la smart city comme solution à la catastrophe écologique provoquée par deux siècles de course à la croissance techno-industrielle. Ne pouvant plus nier les effets de leur folie, ils prétendent les corriger par une nouvelle accélération technologique, réputée verte : ce qu’ils nomment la « transition énergétique », et dont Linky serait l’outil indispensable.

 

Leur transition n’est pas énergétique, mais numérique. Quincaillerie connectée, Internet des objets, data centers, puces et capteurs, voitures électriques et réseaux « intelligents » engloutissent toujours plus d’électricité. L’Agence internationale de l’électricité signale qu’en 2013, les objets connectés ont grillé 616 terraWatt/h, soit plus que le Canada et la Finlande réunis. Il faudra trois tranches nucléaires ou 3000 éoliennes pour connecter vos volets à Internet et vos radiateurs à Linky : c’est ça, la « transition énergétique ». C’est aussi un brouillard électromagnétique toujours plus dense autour de nous : une expérience in vivo sur la population cobaye, avec son lot de pathologies inévitables.

 

L’industrie prévoit de nous fourguer toujours plus d’objets connectés (50 par foyer français en 2022, contre 10 aujourd’hui). EDF investit dans la « maison connectée » via sa filiale SoWee. Ces objets, que nous n’imaginons pas et que nous ne demandons pas, ne nous manquent pas. Pourquoi devrions-nous en être obsédés ? Pourquoi leur asservir nos existences ? Pour détruire un peu plus la planète et gaspiller toujours plus d’énergie ? Pour substituer un peu plus le milieu artificiel au milieu naturel ?

 

Enedis, en même temps qu’il impose Linky, fait la propagande de la smart city via son site www.smartlink.fr, dont les articles sur « La France connectée » sont repris sur le site du Monde, et les antennes de BFM. Enedis veut sa part des 147 milliards d’euros du marché des smart cities et devenir un industriel du big data. Comme dit son président Philippe Monloubou, il accèdera bientôt à 35 millions de capteurs : nos compteurs.

 

Félicitations aux promoteurs de Linky : à défaut d’avancer d’un pas dans la pseudo-« transition énergétique », ils auront au moins libéré la critique collective qui s’est saisie du sujet.
Cette même critique qui depuis des années conteste le nanomonde totalitaire, la police technologique des populations, le téléphone portable, les RFID et le mouchardage électronique, le décervelage par l’école numérique, le transhumanisme et son projet d’homme-machine dans un monde-machine.

 

Nous manifesterons contre Linky et les compteurs communicants le 22 mars 2017. Comme nous avons manifesté contre l’inauguration de Minatec à Grenoble en 2006 (micro et nanotechnologies) et celle de Clinatec en 2012 (neurotechnologies, implants électroniques) ; comme nous avons occupé le Pôle national Traçabilité de Valence en 2009 (puces RFID), accompagné la transhumance des moutons drômois contre leur puçage électronique en 2012, saboté les opérations d’acceptabilité des nanotechnologies en 2009-2010 et de la biologie de synthèse en 2013.

 

Nous ne voulons pas fonctionner dans des mégapoles automatisées, mais vivre dans des villes humaines.
Nous ne voulons pas de gadgets inutiles, infantilisants et polluants, mais une société frugale et décente.
Contre la smart city sous contrôle électronique, restons maîtres de notre vie : boycottons les marchands de faux besoins, refusons Linky.

Rassemblement mercredi 22 mars 2017 de 11h30 à 15h devant la Maison de la Radio (116 av. du Président Kennedy, Paris 16e) et partout en France à l’appel des collectifs anti-Linky

Repost 0
Published by Pagliari Armand
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 16:30

Coupure de courant cet après-midi, samedi 11 mars, impactant les rues relevant du transformateur de la rue de la Petite Livière.

 

Deux fusibles de 250 A ont sauté. L'opérateur d'ENEDIS n'étant pas habilité à les remplacer à cause de la dangerosité, un autre technicien est venu pour couper l'arrivée à 20 000 volts.

 

Il est 16h 30. Si les fusibles sont seuls en cause, le courant devrait être rétabli rapidement.

 

Finalement le courant n'a été rétabli que peu avant 19h avec une autre coupure de quelques minutes vers 19h 30. Panne plus importante que prévue. Le câble souterrain est abimé mais où ? Un véhicule spécialisé doit venir scanner le câble et trouver à quel endroit il a subi une dégradation. Il faudra creuser la chaussée pour atteindre le câble et réparer ... dans le délai d'un mois.

Repost 0
Published by Pagliari Armand - dans Electricité
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 20:07

Les premières fleurs commencent à se donner en spectacle. Ici les premières taches de couleur percent à la chapelle de Massey.

Printemps en vue
Repost 0
Published by Pagliari Armand - dans divers
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 19:00

 

Jeudi dernier, il a fallu faire intervenir une entreprise pour déboucher une canalisation de l’assainissement. Le réseau était en charge jusqu’au déversoir d’orage de la Rue des Marais ainsi que sur la partie longeant le ruisseau le long de la Rue de la Souche. Il a fallu aller sur le chemin qui prolonge la rue de la Souche pour trouver un tampon dans lequel il n’y avait pas d’écoulement, indiquant ainsi sur quel secteur se trouvait le bouchon.

 

L’entreprise a eu quelques difficultés pour déloger le bouchon malgré la puissance du jet injecté. Ce bouchon était le fait de lingettes qui s’étaient accumulées et amalgamées. Le bouchon délogé, les eaux usées ont giclé abondamment pour reprendre ensuite un écoulement normal et vider la canalisation.

 

Affaire réglée ? NON car une conséquence de ce bouchon a été que les eaux usées bloquées au niveau du déversoir d’orage se sont déversées dans un conduit qui débouche sur le ruisseau de la rue de La Souche alors que normalement ce conduit ne devrait servir qu’à évacuer le surplus d’eaux pluviales. On a ainsi pu constater les jours précédents une couleur blanchâtre du ruisseau, divers éléments en suspension et des odeurs peu agréables.

 

Cet état ne semble pas dû seulement au réservoir d’orage. En effet un autre tuyau venant du quartier de la Souche se jette aussi dans le ruisseau. Il ne devrait rejeter que des eaux de pluie, mais il est probable que des branchements d’eaux usées se soient greffés sur ce conduit. Je dois rencontrer une entreprise pour faire une enquête domiciliaire sur ces branchements (à la mi-mars).

 

En attendant le secteur sera mis sous surveillance. La canalisation a été vérifiée depuis l'école maternelle. Les tampons étaient "propres" sauf à un branchement où les employés ont constaté un afflux de lingettes : les riverains seront contactés pour changer leurs usages.

 

Je fais appel à nouveau à votre concours : PAS DE LINGETTES JETEES DANS LES TOILETTES. METTEZ- LES A LA POUBELLE.

 

Attention également à ne pas vous débarrasser des huiles de cuisine dans l’évier. Nous retrouvons des amas de graisse dans les canalisations et les postes de refoulement. Il existe une cuve de récupération des huiles de cuisine au dépôt tri (ce n’est pas la même que pour les huiles de vidange des voitures)

 

L'entreprise à l'oeuvre : furet pour déboucher et aspirateur.

L'entreprise à l'oeuvre : furet pour déboucher et aspirateur.

Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 18:58

 

Je me suis rendu chez le notaire pour finaliser l’achat d’un terrain donnant sur le Bas des Rues. Il sera aménagé en un parking d’une quinzaine de places. Parking utile au vu du nombre de véhicules qui stationnent dans le bas des rues.

Repost 0
Published by Pagliari Armand - dans Travaux
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 00:16

 

Le recensement 2017 est terminé. Officiellement, les résultats n'apparaitront que dans deux ans.

 

Néanmoins, on peut considérer que les chiffres officiels seront de 1023 habitants (+ 16 par rapport à 2012). Ils corroborent les données du 1er janvier 2016. Nous étions comptés à 1 031 personnes. Or en 2016, notre commune a connu 18 décès et 10 naissances. D'où un différentiel négatif de 8 habitants qui nous donne donc bien 1 023.

 

Le recensement s'est globalement très bien passé. Nous n'avons eu que 2 non-réponses. Nos deux agents recenseurs et leur responsable se sont montrées très persévérantes, retournant voir plusieurs fois les personnes qui n'avaient pas répondu ou en adressant plusieurs courriers de rappel.

 

L'accueil de nos agents lors de leurs visites a été bon et courtois, mais pas toujours, parfois même agressif.

 

Les renseignements recueillis ne peuvent pas servir à un contrôle administratif ou fiscal (ni CAF, ni impôts, ni …).

 

En réalité, nous sommes au-delà de 1 023. Une dizaine de plus. Nous savons que des "foyers" n'ont pas déclaré tous ceux qui vivent sous le même toit pour diverses raisons. Le cas le plus fréquent est de ne pas déclarer le conjoint pour bénéficier de la situation de personne seule et donc en fraudant la CAF.

 

Le nombre d’habitants recensés permet, entre autre, de fixer la participation de l’Etat au budget communal (384 527 € en 2016). Moins d'habitants, donc moins d'aide de l'Etat.

 

Autres statistiques avec entre parenthèses l'évolution par rapport à la dernière collecte du recensement de 2 012 :

463 logements (+9)

423 résidences principales (+26)

5 résidences secondaires (- 2)

33 logements vacants (- 14)

2,5 personnes : taille moyenne des ménages.

Repost 0
Published by Pagliari Armand - dans recensement
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 18:59

 

L’arrêté préfectoral en date du 10 janvier 2017 porte autorisation de pénétrer sur les propriétés privées dans toutes les communes du  département, dans le cadre de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (richesses écologiques, faunistiques, floristiques, géologiques, minéralogiques et paléontologiques). L’inventaire consistera, le plus souvent, à constater l’existant : présence/absence d’un habitat naturel, d’une espèce animale ou végétale, dénombrement d’effectifs, cartographie.

 

Les agents autorisés sont ceux du Service Eau, Biodiversité et paysages de la direction régionale en charge de l'environnement (DREAL-SEBP) et ceux auxquels cette administration aura délégué ses droits.

 

Les agents habilités seront en possession d'une copie certifiée conforme de l’arrêté et d'un ordre de mission qui devront être présentés à toute réquisition. Ils pourront  pénétrer dans les propriétés privées, closes (autres que les maisons d'habitation, cinq jours après notification du présent arrêté au propriétaire) ou non closes, à franchir les murs et autres clôtures et obstacles qui pourraient entraver leurs opérations.

 

 

La présente autorisation est accordée jusqu'au 31 Décembre 2018.

 

 

L'inventaire des richesses écologiques, faunistiques, floristiques, minéralogiques et paléontologiques est matérialisé par des Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) : voir le site internet de la DREAL : http://www.grand-est.developpement-durable.gouv.fr/inventaire-national-du-patrimoine-naturel-znieff-r217.html

 

 

 

Repost 0
Published by Pagliari Armand - dans Environnement
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 17:54

 

La société Butagaz modifie sa politique commerciale.

 

La commune a deux citernes alimentées par ce prestataire : salle multiactivités et église. Après négociation, j'ai obtenu une remise substantielle pour la commune.

 

Dans la foulée, j'ai demandé un geste pour les citernes qui alimentent chacun des appartements communaux de la Résidence du Parc du Millénaire et dont le gaz est payé directement par les locataires à Butagaz. Les occupants bénéficieront d'une réduction d'une centaine d'euros à la tonne (moins avantageux que pour la commune mais un avantage conséquent tout de même). Les contrats seront donc modifiés entre locataires et Butagaz.

 

Et ce n'est pas fini. A tout hasard, j'ai demandé si les particuliers de Pagny pouvaient bénéficier eux aussi d'une ristourne sur le prix de la tonne de gaz. C'est possible, mais c'est au particulier à contacter Butagaz.

 

J'aime bien faire faire des économies à mes concitoyens.

 

 

Repost 0
Published by Pagliari Armand
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 17:43
 
Vous l'avez connue sous les noms LORMET, CFF recycling, DERICHEBOURG ENVIRONNEMENT, COREPA.
 
 
La société de recyclage de métaux non ferreux et de plastiques, située dans l'ancienne cimenterie, a encore changé de nom pour devenir REFINAL INDUSTRIES.
Repost 0
Published by Pagliari Armand - dans Economie entreprise
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens