Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 16:45

 

Transmis au maire qui répercute l'information utile à certains.

 

 

En cette période particulière de crise sanitaire, le service social départemental continue de fonctionner.

L’accueil physique de la Maison De la Solidarité de Vaucouleurs est fermé mais elle reste joignable par téléphone au 03.29.89.41.58 ou par mail mds-vaucouleurs@meuse.fr.

 

Deux agents sont sur site tous les jours et les autres sont en télétravail. Elle assure par conséquent un suivi social des situations fragiles par téléphone ou par mail.

 

Des aides alimentaires et des demandes de fonds pour de l’hébergement d’urgence sont assurés.

 

L’accompagnement des familles les plus vulnérables se poursuit.

 

Si au sein de la commune, vous connaissez des situations qui vous paraissent inquiétantes n’hésitez pas à contacter le maire et la maison de la solidarité. Au-delà d’un premier contact téléphoniques, des RDV ou des VAD peuvent être mis en œuvre à titre exceptionnel.

 

De  la part de :

Séverine GUINAY

Responsable de la Maison de la Solidarité de VAUCOULEURS

Direction des Maisons de la Solidarité et de l’Insertion

Pôle Développement Humain

Département de la Meuse

Téléphone : 03.29.89.41.58

Portable : 06.15.39.65.51

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2019 2 08 /10 /octobre /2019 13:41

 

L'agence d'intérim Randstadt de Bar le Duc et la mission locale pour l'emploi de Commercy s'étaient installées pour la matinée à la salle multi activités. Une initiative heureuse qui permet à des personnes en recherche d'emploi de ne pas avoir à se rendre à Bar le Duc ou Commercy. Pas d'excuse donc : c'était service à domicile.

 

De 9h à midi, le représentante de Randstadt et la conseillère de la mission locale ont reçu sans discontinuer une douzaine de personnes au profil divers.

 

Il y a beaucoup de demandes de la part des employeurs qui peinent à recruter. De nombreux postes sont à pourvoir dans le BTP, mais pas seulement. Postes en CDI, en CDD ou en CDI intérimaire.

 

Les deux dames ont proposé des formations, ou ont dirigé vers des emplois ciblés. Evobus recrute beaucoup en ce moment. Il n'y a pas de compétences particulières à avoir, mais les compétences acquises seront bien utilisées. Ce qui compte, c'est le savoir être. Pour certains emplois de libre service par exemple; le conseil est de postuler directement.

 

Du côté de la mission locale, l'important est de lever certains freins souvent d'ordre psychologique avant d'aller vers un emploi.

 

Si certains ont su profiter de cette rencontre pour l'emploi, d'autres n'ont pas franchi le pas. Pas de regrets, elles reviendront avec un autre portefeuille d'emplois en décembre ou janvier.

 

PS : Selon Randstadt, près de la moitié des maires contactés ont refuser cette démarche. Ce n'est pourtant pas grand-chose que de fournir un local quelques heures, sachant qu'à la clé, il y a sans doute une solution à l'emploi pour nos concitoyens en recherche d'emploi.

Partager cet article

Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 17:12

 

Beaucoup de personnes reçoivent actuellement un courrier recommandé avec accusé de réception concernant la procédure de protection réglementaire visant à protéger la ressource en eau potable provenant de la station de pompage des Marais. Les principaux risques de contamination des eaux souterraines sont liés à l'urbanisation du secteur des forages.

 

Il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

 

Il s'agit simplement de prévenir les personnes concernées des deux enquêtes conjointes (publique et parcellaire) qui se dérouleront entre le 3 juin et le 19 juin. Et qu'elles ont la possibilité de consulter le dossier en mairie ou de s'exprimer sur le sujet en rencontrant le commissaire enquêteur.

Des mesures de protection des eaux captées doivent être réglementairement établies en définissant les périmètres (immédiat, rapproché, éloigné) de protection et les servitudes associées nécessaires à la protection de la ressource.

 

Qui est concerné ?

Toutes les personnes propriétaires de biens dans le périmètre de protection rapproché. Sur le plan ci-dessous à l"intérieur de la ligne orange, autrement dit toutes les propriétaires de puis la rue de Marais jusqu'au quartier Léon Chausson.

Enquête publique : protection de la ressource en eau potable

C'est une obligation de prévenir par lettre avec accusé de réception : c'est la première inquiétude parce qu'il n'est pas habituel de recevoir ce type de courrier.

 

Deuxième inquiétude : il est fait mention dans le courrier du code de l'expropriation. Rien n'a craindre non plus. Il n'est absolument pas question d'exproprier qui que ce soit ou de creuser des tranchées pour faire passer des conduites d'eau chez vous.

 

Une troisième inquiétude peut-être : l'arrêté pris par le Préfet dont la forme est plutôt indigeste.

 

Les enquêtes doivent déboucher sur une déclaration d'utilité publique qui débouche sur des servitudes de protection de la santé publique, entre autre éviter toute pollution des nappes phréatiques (par exemple, vous sensibiliser à la pratique d'un jardinage sans pesticides).

 

 

Partager cet article

Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 08:27

De Maire-info

 

Le Défenseur des droits a publié  son rapport annuel d’activité pour l’année 2018. De plus en plus sollicité par les Français – 95 836 réclamations reçues en 2018 contre 90 352 en 2017 –, Jacques Toubon observe « qu’année après année », s’amplifient « les effets néfastes de l’évanescence croissante des services publics sur les personnes pour lesquelles ils constituent souvent le principal recours ». Fait nouveau et révélateur de la gravité de la situation : plus personne n’est épargné, « y compris les usagères et usagers jusque-là aptes à y faire face ».

Ainsi, les réclamations ayant pour thème « les relations avec les services publics » n’ont jamais été aussi nombreuses (55 785 en 2018, +10,3 % par rapport à 2017). Avec respectivement 13 954 et 13 920 réclamations, les services déconcentrés de l’État et les organismes sociaux sont les plus souvent mis en cause par les usagers.

S’agissant des collectivités, Jacques Toubon pointe également les « risques nouveaux d’inégalités territoriales » que suscite « le transfert de nombreux services publics tels que l’aide sociale ou la formation professionnelle aux collectivités locales ».



« Conserver des lieux d’accueil physiques des usagers »

Face aux « restrictions » budgétaires et à la « transformation des modes d’intervention » des services publics, le sentiment d’exclusion des usagers est fort. Bernard Dreyfus, délégué général à la médiation avec les services publics, épingle des services publics « de plus en plus distants » à l’égard des usagers. Du fait de l’absence de réponse de l’administration ou de la complexité des démarches, les plus précaires sont souvent privés de droits essentiels.

Bien qu’elle « simplifie la vie des usagers », la dématérialisation des services publics – 100 % des démarches administratives pourront être effectuées sur Internet en 2022 – « peut éloigner certains usagers de l’accès aux droits », poursuit-il, en référence aux « effets calamiteux » de la mise en œuvre fin 2017 de la partie publique du Plan préfecture nouvelle génération (PPNG), dont la principale conséquence a été la suppression de l’accueil au guichet dans les préfectures, pour la délivrance des permis de conduire et des cartes grises.



Des difficultés à trouver une information administrative en ligne

Dans le même temps, presque une personne sur deux éprouve toujours des difficultés à trouver une information administrative sur internet. « L’exclusion numérique conduit à des situations de non-recours aux droits », insiste Bernard Dreyfus, selon qui l’État « doit être le premier accompagnateur des usagers dans l’appropriation du numérique ». « Des modes de communication multicanaux adaptés à la diversité des publics et des besoins et permettant d’assurer le contact en cas de défaillances, doivent être mis en place et, à ce titre, il est nécessaire pour les services publics de conserver des lieux d’accueil physiques des usagers ».


 

Votre mairie est consciente de ce problème depuis longtemps. C'est une des raisons pour laquelle elle a une plage d'ouverture au public très large.

Partager cet article

Repost0
22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 13:13

 

Afin de me libérer l'esprit des affaires communales, il m'arrive de jouer à l'archiviste, en recherchant dans la presse (Est Républicain) du siècle passé des informations sur le passé de Pagny. Au cours de ces pérégrinations, on tombe sur d'autres articles intéressants à plus d'un titre.

En voici un sur les enfants, qui pourrait être d'actualité, s'il n'avait pas été rapporté en 1937 d'une chronique de 1906.

 

II y a quelque temps, je relisais une chronique de la bonne Yvonne Sarcey, consacrée à l’enfance. Une chronique de 1906 et qui semble d'hier. « Les parents, écrivait Yvonne, ont des responsabilités graves vis-à-vis des enfants qu'ils mettent au monde, et c'est parce qu'ils ne s’en embarrassent guère que nous avons, en ce moment(1937), une race de neurasthéniques et de déséquilibrés qui pousse et contamine les bancs de nos écoles... »

Car Yvonne rapporte tout à l'influence de la famille, et elle a raison. L'école est une chose, la famille en est une autre. Il y a là deux institutions qui s'épaulent, se complètent sans se pénétrer, chacune conservant son caractère propre.

Yvonne Sarcey énumérait les pièges dressés sous les pas puérils : « Les feuilles grivoises illustrées étalent leurs licences..., des romans obscènes se vendent pour quelques sous... ; il monte des rumeurs de révolte de la rue ; les esprits sont sous pression; dans tous les camps, on manque de cette divine tolérance qui est la politesse du cœur et marque le respect qu’on a de l'opinion des autres. Il n'est plus question que de « vivre sa vie » ; de fortunes acquises en un tournemain, de crimes, de kracks, de vices impudemment commentés... ».

Et il y a trente ans (en 1906) que ces lignes ont été écrites ! Que dirait Yvonne, aujourd’hui, de la criminalité décuplée, de l’imprudence des grands s'exprimant devant les enfants sans aucune retenue, sans se préoccuper de l'influence mauvaise de leurs paroles, résonnant dans des esprits neufs ? Et les crimes quotidiens que l'on commente, et les récits de scandales recueillis par les jeunes oreilles attentives, et cet adversaire politique que l'on dénonce, à table, tans se douter que le lendemain les gosses se réuniront pour lapider le fils de cet adversaire, leur petit camarade, et le lapider jusqu'à ce qu'il en meure !

Tout a été dit sur l'instinct d'imitation des enfants, sur le mimétisme qui les possède. C'est la guerre, on joue à la guerre; on a vu au cinéma des exploits de gangsters, on joue au gangster ; papa a lu dans le journal l'histoire d'un suicidé, on joue au suicidé...

Élevés comme ils le sont, pour la plupart, par des pères trop bavards, inconscients ou cyniques, les pauvres gosses ne savent plus où est le bien et le mal, le juste, et l'injuste, la légalité et l’illégalité.

Mais, à quoi bon moraliser ! J'aime mieux tourner court à ces réflexions amères et décourageantes et conter un trait de mimétisme enfantin, gentiment optimiste celui-là, et qui nous rafraîchira l'esprit.

 

La semaine dernière, un petit garçon de neuf ans, rentrait du collège. Comme il arrivait à la maison, son papa - mon meilleur ami - remarqua que le petit avait épinglé au revers de son pardessus un écusson, un écusson de carton, portant, en diagonale, quatre majuscules abréviatrices : C.D.B.C.

 

- Qu'est-ce que c'est que ça ? demanda le papa.

- Çà ? c'est l'insigne de mon club.

- Vraiment !... Et de quel club s'agit-il ?

- Eh ben, papa, il faut que je te raconte... Dans ma classe, nous avons fondé le « Club des bons copains ».

- C'est très gentil.

- Oui. Et puis, il faut que je te dise aussi, papa. Le président du club, c'est Jacques... Moi, je suis le vice-président.

- Très bien... Mais, qui t'a désigné comme vice-président ?

- C'est moi!... Tu comprends, il n'y a pas encore de membres... Mais, nous en trouverons...

Le papa poussa un soupir... A neuf ans, déjà au pourchas des honneurs... Vanitas Vanitatum ! Mais comme, malgré tout, le titre et les buts de l'Association nouvelle apparaissaient sans danger et même hautement honorables, il attira le petit garçon sur ses genoux.

Et, de tout son cœur, il embrassa le vice-président.

Fernand ROUSSELOT.

Partager cet article

Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 15:35

 

3 et 4 février 2018

 

La salle des fêtes regorgeait de vêtements pour enfants, jouets et autres objets de puériculture. Une première à Pagny pour ce genre d'activités organisé par l'association "Graines d'explorateurs" créée en parallèle de la Maison d'Assistantes Maternelles de la rue de l'Etang. Cela permet à cette dernière d'acquérir des fonds pour compléter son équipement et aux exposants d'écluser leurs surplus.

 

Cette première a bien marché. Du coup deux autres manifestations sont prévues avant la fin de l'année.

Première bourse aux vêtements et jouets

Partager cet article

Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 11:29

 

Dans mon discours, je suis revenu cinquante ans en arrière. Une période de temps à la fois longue et courte. Tempus fugit. Carpe diem.

 

L’année 2018 sera aussi l’anniversaire des évènements de mai 1968. C’était une période joyeuse moins morose qu’aujourd’hui. Voici  quelques slogans de l’époque toujours d’actualité.

 

La révolution doit se faire dans les hommes avant de se faire dans les choses. (La loi NOTRé ne l’a pas compris et dans nos instances encore pas ou peu.)

 

Dans la révolution, il y a deux sortes de gens : ceux qui la font et ceux qui en profitent. (Sans commentaires)

 

Faites la somme de vos rancœurs et ayez honte. (C’est pour certains qui n’ont pas su évoluer depuis des décennies)

 

Non à la révolution en cravate. (Qui est donc visé ?)


Ouvrez les fenêtres de votre cœur. (J’aime bien, c'est un beau programme.)

 

Nous voulons : les structures au service de l'homme et non pas l'homme au service des structures. (Une belle philosophie, lorsqu'on est un élu.)

 

Avoir le plaisir de vivre et non plus le mal de vivre. (!!!)

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2017 7 03 /12 /décembre /2017 11:28

 

La loi Notré qui a obligé les codecom à fusionner coûte(ra) cher au contribuable. Vous avez reçu le montant des taxes foncières à payer. Vous avez sans doute remarqué que la partie due à la codecom est en progression d'environ 35 %. Ce n'est pas rien mais cela représente plusieurs dizaines d'euros en plus.

 

Il parait qu'avec la fusion des codecom, il y aurait des économies. Pour qui ? Pas pour le contribuable aujourd'hui.

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 11:04

 

Ci-dessous un article provenant de l'Association des Maires de France sur les services publics de proximité que l'on éloigne de plus en plus du citoyen.

 

Services publics de proximité : 70 % des Français refusent leur privatisation de manière majoritaire

Plus de neuf Français sur dix (92 %) estiment que les services publics de proximité leur sont « utiles » au quotidien sur leur territoire et participent à leur qualité de vie et à leur bien-être. C’est ce que révèle un sondage Ifop sur « Les Français et leur service public de proximité », récemment publié, pour la Mutuelle nationale territoriale (MNT) et SMACL Assurances.


Réalisée du 13 au 22 février 2017 auprès de 4 047 personnes (âgées de 18 ans et plus et réparties dans huit régions via un questionnaire en ligne), cette enquête dévoile que 83 % des Français perçoivent les agents de la fonction publique territoriale comme « utiles », dont 26 % « très utiles ».


Ils sont également une majorité à valoriser la qualité du service de proximité (67 %), son efficacité (62 %) ainsi que son adéquation aux besoins des citoyens (62 %). De la même manière, ils estiment que les agents territoriaux sont compétents (68 %), efficaces (62 %) et qu’ils ont le sens du service (64 %).


Par ailleurs, l’image des agents des collectivités territoriales augmente avec la proximité puisqu’elle est la meilleure chez les agents communaux (75 %), suivis par ceux des intercommunalités (66 %), des départements (60 %) et des régions (59 %).


En outre, près de 70 % des Français se disent « attachés » aux différents services publics de proximité et autant sont hostiles à leur transfert vers le secteur privé, ou seulement d'une part minoritaire (21 % sont, en revanche, favorables au transfert d'une part majoritaire des services publics de proximité vers le privé et 9 % à leur privatisation intégrale).


Ces résultats confirment « clairement le choix des Français de faire assurer les fonctions collectives de la société et la mutualisation des risques de la vie par le service public, garant de l'équité et de l'accessibilité pour tous », selon le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT), Philippe Laurent.


Si les Français sont, dans leur grande majorité, attachés au maintien ou à l’augmentation de l’offre de services publics de proximité (84 %), ainsi qu’aux moyens qui sont consacrés à ces services (entre 81 % et 93 % selon les services), 57 % d’entre eux ne sont toutefois pas prêts à payer davantage d'impôts locaux pour leur développement. Ils seraient 38 % à accepter de débourser un peu plus et 5 % beaucoup plus.


Ils se disent particulièrement attachés aux services de propreté (92 %), aux pompiers et à la police municipale (88 %), aux actions en faveur de l’environnement (86 %), aux établissements scolaires (84 %) ou encore aux réseaux de transports et aux services pour les personnes âgées (82 %).

 

Partager cet article

Repost0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 22:25

Une grève discrète.

 

Les salariés de la base logistique de l'enseigne de distribution Intermarché de Pagny-sur-Meuse (Meuse), sont entrés en conflit avec leur direction. En grève en fin de semaine dernière (mi-mai, info du 21/05/2014), ils s'attendent à la robotisation d'une partie des activités, qui amènerait nécessairement à des suppressions de postes. Ils demandent des indemnités supra-légales de licenciement beaucoup plus élevées que ce que la direction prévoit (25 000 € pour un salariés ayant 30 ans d'ancienneté). Une prochaine réunion est prévue entre les parties le 4 juin prochain pour donner des réponses aux revendications des employés.

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens